« Le problème des Pharmaciens en milieu Hospitalier, c’est la méconnaissance de notre profession par les autres acteurs de la chaine de soins » Dr Franck-valles KEUMOE

Ce 27 mars 2024, une nouvelle page s’ouvre dans le monde médical avec la célébration de la toute première Journée Mondiale de la Pharmacie Hospitalière.

Loin des projecteurs, mais au cœur du système de santé, les pharmaciens hospitaliers œuvrent chaque jour pour le bien-être des patients. Cette journée est donc l’occasion de mettre en lumière un métier souvent méconnu, pourtant crucial au sein de la chaîne de soins

Pour mieux comprendre les missions et les défis de ces professionnels dévoués, nous sommes allés à la rencontre du Dr. Franck Keumoe, Secrétaire Exécutif de Cameroon Young Pharmacists.

Bonjour Dr. Franck KEUMOE. Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après l’obtention d’un baccalauréat D (Sciences Expérimentales), j’ai été reçu à la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Douala en 2009 pour faire des études de Pharmacie où je suis sorti 07 années plus tard (2016), titulaire d’un Doctorat d’Etat en Pharmacie avec une orientation Hôpital-Officine.

Quelques mois plus tard, j’ai été affecté à la Fondation Sociale Suisse du Nord Cameroun/Hôpital de Pette situé à l’extrême Nord où j’y ai exercé en qualité de Pharmacien pendant trois années avant d’aller faire un Master en Epidémiologie et Santé Publique à la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Dschang.

Deux années plus tard, j’ai présenté un mémoire de recherche intitulé « Evaluation des pratiques pharmaceutiques Hospitalières au Cameroun » pour l’obtention d’un  Master of Epidemiology and Public Health. Par ailleurs, je suis point focal Cameroon du projet Pharm-Ed accessible via sa plateforme web, co-animateur de la communauté de pratique Advocate for Hospital Pharmacy (A4HP) et liaison officer de l’association internationale Early Career Pharmacy Group of FIP.

En Janvier 2023, il s’est tenu la conférence médicale nationale, quinze années après la dernière édition. Quel regard portez-vous sur cet évènement auquel vous avez pris une part active ?

Effectivement 15 années après la dernière édition, il s’est tenu à nouveau la Conférence Médicale Nationale sous le thème « Optimisation de la qualité des soins et services et innovations en santé au Cameroun ». Au-delà de la présentation de nos travaux de recherches, ce fut un grand moment d’apprentissages, de rencontres, d’échanges et de partage avec les collègues qui venaient des dix régions.

Que vous soyez à Akonolinga à Calabar, Liège ou Casablanca, les missions des Pharmaciens Hospitaliers sont les mêmes à quelques différences près

Nous, les acteurs qui sommes au niveau opérationnel de la pyramide sanitaire avons eu amples informations sur ce qui s’est fait, se fait et se fera dans le système de santé. Doléances, plaidoyers ont été faits et les recommandations formulées. Nous n’attendons plus que la mise en œuvre et le suivi de celles-ci

Pour être plus simple, c’est quoi la pharmacie hospitalière ?

La pharmacie hospitalière est une discipline de la pharmacie pratique. Elle porte la responsabilité de l’approvisionnement  de produits pharmaceutiques au sein d’une Pharmacie à Usage Interne (P.U.I), soit en les achetant, soit en les produisant et qui contribue à un usage sûr, efficient et rationnel des médicaments. Dans certains pays, elle fait l’objet d’une spécialité de la pharmacie enseignée au niveau académique, et est reconnue par une formation post graduée

Quelles sont les missions d’un Pharmacien Hospitalier dans les pays occidentaux où la pratique de la Pharmacie Hospitalière est assez développée ?

Les missions des Pharmaciens Hospitaliers sont nombreuses car comme on le dit la Pharmacie Hospitalière n’est pas un métier mais un ensemble de métier ; Que vous soyez à Akonolinga à Calabar, Liège ou Casablanca, les missions des Pharmaciens Hospitaliers sont les mêmes à quelques différences près.

La Fédération Internationale Pharmaceutique (FIP) a regroupé les missions du Pharmaciens Hospitaliers autour de 6 pôles, allant de la gestion des approvisionnements à la surveillance des effets de l’administration des médicaments.

En Octobre 2022, l’association Cameroon Young Pharmacists était en effervescence à l’occasion du deuxième CYP Symposium on Hospital Pharmacy. Quelle était la vision derrière ? 

En effet, les 14 et 15 octobre 2022, à la faveur du 2nd CYP Symposium on Hospital Pharmacy tenu sous le thème « Définir le futur de la Pharmacie Hospitalière au Cameroun », nous avons réuni les pharmaciens des hôpitaux, les autorités du Ministère de la santé Publique, les partenaires techniques pour des échanges nourris sur le devenir de notre métier.

Pendant deux journées, nous avons esquissé des propositions pour faire de la pharmacie hospitalière un véritable métier. Au rang de celle-ci, la recommandation visant à multiplier les cadres de partage entre médecins et pharmaciens afin de mieux faire connaitre la pharmacie clinique pour une meilleure acceptation de celle-ci par tous. Cette rencontre intervenait après la première édition en 2017 et dont le rapport est disponible ici : lire le rapport de la 2nd CYP Symposium on Hospital Pharmacy

Existe-t-il au Cameroun des textes réglementaires qui encadrent l’exercice en milieu hospitalier ?

.

Oui si on tient compte de la vague évocation dans la Politique Pharmaceutique du pays et surtout de la Lettre circulaire du Minsanté citée plus haut. Cependant, c’est tellement insignifiant que nous pensons qu’il n’existe pas grand-chose mais nous avons fort espoir en l’avenir, à l’engagement de tous ces Pharmaciens jeunes pour la plupart qui sont au cœur du système de santé à travers leurs actions dans les formations sanitaires où qu’elles se trouvent.

Au Cameroun, vous ne devez pas être surpris qu’un directeur d’hôpital vous dise qu’il ne sait pas quel est le job description d’un Pharmacien fasse dans un hôpital, qu’il n’y voit pas d’importance

L’animation d’une communauté de pratique telle que Advocate for Hospital Pharmacy et la tenue de différents symposia sur la pharmacie hospitalière par notre association donnent l’opportunité aux acteurs de la pharmacie hospitalière de contribuer au renforcement de cet arsenal juridique pour une meilleure éclosion de la pharmacie hospitalière au Cameroun et en Afrique.

Quelles sont les difficultés auxquelles font face les Pharmaciens d’hôpitaux au Cameroun ?

L’ensemble des problèmes des Pharmaciens en milieu hospitalier se résume à la méconnaissance de la profession de Pharmacien par les autres acteurs de la chaine de soins, à la méconnaissance de l’entièreté du métier de Pharmacien à l’hôpital et surtout de la place de choix qui est sienne dans le sous-système de santé publique.

Au Cameroun, vous ne devez pas être surpris qu’un directeur d’hôpital vous dise qu’il ne sait pas quel est le job description d’un Pharmacien fasse dans un hôpital, qu’il n’y voit pas d’importance, etc.

 

Comment voyez-vous ce métier dans 5 ou 10 ans au Cameroun ? Qu’est-ce qui peut changer ? Que proposez-vous pour améliorer la pratique de la Pharmacie Hospitalière au Cameroun ?

De par les efforts de différentes parties prenantes, d’ici cinq années les pratiques pharmaceutiques pourraient être améliorées d’autant plus que plusieurs actions comme l’ouverture de cycles de spécialisation ont déjà débutée.

Ces améliorations sont basées sur quelques points non exhaustifs à savoir : Amélioration de la qualité de la formation initiale notamment la 5e Année Hospitalo-Universitaire, l’amélioration d’un cadre réglementaire au sein du Ministère de la santé Publique qui reconnaisse la pratique Hospitalière de la Pharmacie et lui donne la position transversale qui est sienne ainsi que le plan de carrière y afférant, la création et l’animation de sociétés  savantes et le développement professionnel continu y découlant, la mise à contribution des coopérations sud-sud d’une part et Nord sud d’autre part.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient suivre vos traces ?

La formation universitaire réussie constitue le socle sur lequel est basé l’épanouissement socio professionnel du Pharmacien. Dès lors, il devient primordial de capitaliser ces 7 années de formation pendant lesquels on doit s’impliquer, s’engager, développer d’autres compétences, se projeter dans l’avenir tout en sachant ce qu’on veut faire et être lorsqu’on aura son diplôme.

Le bénévolat, et l’engagement social sont des pistes à explorer pour apprendre encore toujours plus, tout en se frottant aux situations réelles de la vie. Et par-dessus tout, être discipliné, curieux, rigoureux et avoir de l’ambition pour sa profession future forge le caractère proactif nécessaire pour un plein épanouissement dans la profession de pharmacien en général.

Et si vous devriez dire un mot sur l’association au sein de laquelle vous militez ?

.

Tout d’abord au nom du bureau de Cameroon Young Pharmacists et de l’ensemble des membres de notre association, je vous remercie pour la tribune offerte. En effet, Cameroon Young Pharmacists est une association née en 2017 avec entre autres pour missions de : Stimuler, développer et promouvoir le leadership chez le jeune pharmacien afin de le capaciter davantage. Faciliter l’employabilité et améliorer l’insertion professionnelle des jeunes pharmaciens, Œuvrer à la résolution des problèmes de santé publique à travers les campagnes d’information et de sensibilisation (dangers de l’utilisation du médicament de la rue, usage rationnel du médicament, prévention des maladies évitables, etc.) ; Contribuer à la promotion de la santé publique pour des interventions efficaces, favoriser la collaboration avec d’autres corps de métiers, etc.

Aujourd’hui avec plusieurs actions et activités à notre actif que l’on peut retrouver sur le site de notre association, nous souhaitons transformer l’écosystème de la santé des populations en donnant l’opportunité aux jeunes pharmaciens de s’engager afin d’impacter positivement les politiques publiques de santé, le devenir de la profession et par-dessus tout, la santé publique.

Ainsi, A l’aube de cette nouvelle année, s’il est une chose que je puisse souhaiter à toute la profession, c’est encore plus d’ardeur au travail en commun et une meilleure reconnaissance de notre impact sur la santé des populations.

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp