Claudelle Yougang : « Contrairement au Canada, le secteur des Télécoms est plus dynamique au Cameroun »

Elle se considère comme une femme d’impact, dotée d'un esprit créatif poussé et d'un sens du travail aigu. Depuis près de 23 ans, Claudelle Yougang baigne dans l’univers du marketing et de la relation client avec pour objectif de contribuer au développement des grandes marques internationales.

Après avoir effectué une belle carrière au Canada, – où elle a pu faire ses classes dans des structures comme Ignition Interactive, Havas Worldwide, le Groupe Banque TD – la jeune lionne a décidé en 2015 de retourner au Cameroun pour mettre son expérience au service du marché local.

Aujourd’hui, elle officie comme Head of Brand & Communications chez MTN Cameroon, après avoir occupé tour à tour les postes de HVC Segment Manager et de Advertising & Brand communication Manager au sein de cette maison jaune. Nous l’avons rencontré !

Quelles sont les contraintes liées au métier de Responsable de la gestion de marque dans l’industrie des télécommunications ? Quelles qualités faut-il développer pour exceller dans ce métier ? Quelles sont les astuces pour construire une marque forte ? L’IA, opportunité ou menace pour ce métier ? Claudelle Yougang se confie sur Projecteur Magazine

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis Claudelle Yougang, Head of Brand et Communications, c’est-à-dire responsable de la gestion de la marque et de la communication chez MTN Cameroon. Je suis titulaire d’une Licence en Développement d’Entreprise et Marketing, d’un Diplôme en Gestion de Projets et d’un MBA obtenus dans diverses universités Canadiennes.

Je compte parmi mes réalisations 4 lionceaux et des cadets dont je suis particulièrement fière en tant qu’ainée

Je me considère comme Poète (lol), avec un esprit créatif poussé et un sens du travail aigu. L’intégrité, l’authenticité sont des valeurs qui me sont chères. Et pour finir, je suis Taureau avec tout ce que cela comporte.

Après une brillante carrière au Canada, vous avez fait le choix de vous installer au Cameroun. Ce pari est-il gagnant ?

Mon expérience au Canada a été enrichissante. J’ai consacré de nombreuses années au développement de plusieurs grandes marques internationales. Et j’ai décidé de revenir mettre cette expérience au profit du Marché Camerounais.

Sans une seule arrière-pensée, je puis affirmer que cela a été un pari gagnant. Depuis mon retour au Cameroun il y’a 7 ans, j’ai intégré la grande famille Jaune et cela s’est avéré être une aventure des plus époustouflantes et marquantes. J’en suis reconnaissante.

Pourquoi avez-vous choisi de faire carrière dans les métiers du marketing et de communication ? Un rêve d’enfance ?

Le  Marketing, cet art et cette manière d’utiliser des outils de communication pour emmener une personne à croire, ressentir et agir d’une certaine manière (selon Riad Mezi, CMO MTN Cameroon), est un métier qui m’a toujours fasciné.

‘’ Je me considère comme une femme d’impact et le Marketing est une plateforme d’influence

Je viens d’une grande lignée de commerçants. Mais au-delà de la vente directe, j’ai toujours voulu allier cette capacité à convaincre ma cible à un profond désir d’impacter, d’inspirer et d’élever.

Et le Marketing me permet de mettre en avant des marques, des produits tout en véhiculant des messages qui touchent les cœurs par la communication, à impacter la société en étant acteur de changement et de progrès par des programmes et des sponsorings, et à contribuer à mettre en lumière ce qu’il y a de positif dans nos communautés.

Je me considère comme une femme d’impact et le Marketing est une plateforme d’influence.

Quelles sont les contraintes auxquelles sont confrontées les responsables de marque au Cameroun, et particulièrement dans le secteur des télécoms ?

Contrairement au Canada où j’ai vécu et exercé pendant plus de 15 ans – et où j’ai pu observer en tant qu’experte du domaine et vivre en tant que consommatrice -, le secteur des Télécoms est beaucoup plus dynamique et compétitif au Cameroun.

Pour pouvoir se maintenir comme leader, cela demande une volonté constante d’innover, de repousser les barrières, et de « think outside of the box ».

Et l’une des principales contraintes est d’emmener l’écosystème de la communication et du marketing à suivre le rythme, à s’élever au-dessus de la cacophonie et à adopter des standards internationaux agrémentés aux couleurs locales.

Cela dit, le Cameroun comme tout autre pays du Continent évolue dans un nouveau monde où nous sommes appelés à marquer notre empreinte en tant qu’Africain.

Nous sommes à l’ère de l’éveil. Et le Marketing autant que d’autres domaines comme le Cinéma, l’écriture et autres se doivent de contribuer à l’éveil des consciences car nous avons un pouvoir indéniable d’influence.

‘’ Il n’y a rien de mystérieux dans la construction d’une marque

Réaliser cela et l’intégrer dans nos stratégies de Marketing est un réel challenge à relever si nous voulons contribuer à l’essor et au progrès du Continent.

Parfois, ne pas avoir un produit tangible peut constituer un blocage à la réflexion dans ce sens. Cela dit, comme le disent souvent mes équipes « le métier est dur mais il est passionnant ».

Quelles sont aujourd’hui les préalables pour construire une marque forte (quelques astuces pour aider les jeunes entrepreneurs) ?

Il n’y a vraiment rien de mystérieux dans la construction d’une marque. Bien que le Marketing et la communication soient un art et une science, il est question ici de comprendre la nature humaine et de proposer des produits ou des services qui répondent à leur besoin, à développer une communication qui leur parle et à adopter une stratégie de proximité.

Il s’agit dans un premier temps d’identifier son cœur de cible, de l’étudier et de la comprendre.

Parallèlement, comprendre l’environnement dans lequel la marque évoluera et bien évaluer la concurrence.

Le plus important sera donc de définir son identité selon ses valeurs car une marque doit avoir une âme et une identité non-duplicable ; selon sa mission humaine et non transactionnelle vis-à-vis de sa cible ; et enfin selon son positionnement vis-à-vis de son environnement socio-culturel et concurrentielle.

Une fois ce canevas défini, nos actions marketing visant à construire la marque doivent toujours tenir compte de ces éléments.

Quelles sont selon vous, les qualités à développer pour devenir un excellent Head of Brand & Communication dans l’univers des télécommunications ?

Pour être un excellent DIRCOM, il faut des qualités qui sont transversales quel que soit l’industrie. Il faut être à l’écoute du marché.

Ce qui s’applique au Cameroun ne s’applique pas au Nigéria à côté. Il faut être au parfum et en synergie avec son environnement socio-culturel, politique, légal, en bref son PESTEL.

Le Marketing tient compte de tout cela pour délivrer une stratégie de communication percutante. Parfois, il ne s’agit pas d’avoir le meilleur produit, mais il s’agit de la manière d’emmener ce produit dans le salon et dans le cœur du client. Il faut donc être proche du Client.

Deuxièmement, il faut maitriser tous les aspects de la vision de l’entreprise et pouvoir la communiquer de manière explicite ou tacite dans chaque Stratégie de Communication.

Il faut comprendre la stratégie et les objectifs de l’entreprise afin de les adresser au travers des actions menées. Et last but not least, il faut toujours mettre l’humain au centre. Tout ceci concerne l’aspect Stratégique.

Sur le plan tactique, il est important de savoir s’appuyer sur tous les leviers du Marketing pour communiquer. Il s’agit de savoir créer des synergies entre les différents canaux de communication – à savoir les Concepts publicitaires, les Médias, le Digital, l’Evènementiel, le Sponsoring, l’Activation Terrain – afin de présenter un message cohérent à la cible.

Le Marketing est l’habit qui fait le moine. Nous sommes des prestidigitateurs, des Chefs qui utilisent au quotidien les ingrédients que l’on nous apporte pour non seulement cuisiner les meilleurs mets, mais aussi habiller la salle de réception et les sortir de la cuisine avec style.

À ce titre, nous devons développer le don du Flair ; pour flairer les tendances, les opportunités etc.

Je ne m’attarderai pas sur les aspects plus opérationnels tels qu’avoir un esprit créatif et curieux, avoir l’esprit critique, avoir un sens aigu de l’analyse, avoir un œil pour le détail, maîtriser la gestion des projets, savoir emmener les autres à se surpasser, etc.

Comment décririez-vous votre pire journée en tant que Responsable de Marque et de la communication de la filiale d’une multinationale ?

Toutes les journées se ressemblent mais ne sont pas les mêmes. Chaque journée vient avec son lot de challenges. L’une des choses qu’il faut très rapidement comprendre et intégrer dans le monde des Télécoms, c’est que nous opérons dans le VUCA (volatility, uncertainty, complexity and ambiguity) world ; et cela nous force à être parés à toute éventualité.

J’en profite pour tirer mon chapeau à mon équipe de guerriers que nous avons nommé l’Unité Spéciale dont le mantra est « Force et Courage ; Calme et Retenue ».

C’est pour vous dire que chaque jour peut-être la pire des journées selon son Mindset. Le nôtre réside dans l’Imbattabilité, le CAN DO et la Résilience.

Quelles sont les réalisations dont vous êtes aujourd’hui le plus fière (vos réalisations chez MTN Cameroun) ?

Je dois avouer que mon approche de travail m’exige de toujours viser l’impact. Cela veut dire que je travaille pour un rendu dont je serai fière à chaque fois. Je suis ma propre compétition. Je me bats pour me surpasser à chaque fois.

‘’ Les jeunes ont besoin d’être encouragés à continuer à se battre au quotidien, même malgré de nombreux échecs

Avec mon Unité Spéciale, nous avons lancé des campagnes ingénieuses sur ce marché année après année. Mais je suis particulièrement fière de la Campagne Imbattable avec des figures inspirantes comme Francis Ngannou, Rigobert Song (le Capitaine Courage), ABOUBAKAR Vincent et toute la League des Imbattables.

En effet, je tire ma fierté de l’impact de cette campagne sur les Camerounais, car le message mis en avant se voulait inspirant.

D’où je suis assise, je vois des Camerounais qui vivent dans un environnement très difficile, qui pousse beaucoup de jeunes à rêver d’autres horizons ou à baisser les bras.

Ils ont besoin d’être encouragés à continuer à se battre au quotidien, même malgré de nombreux échecs. Et avoir réussi à leur communiquer ce message d’espoir et de résilience est l’une des choses dont je peux être fière.

Parlons d’Intelligence Artificielle à présent. La croissance de l’IA est-elle une opportunité ou une menace pour les acteurs du secteur de la communication ?

Il est vrai que cette question est à la UNE ces derniers temps, surtout avec l’apparition de ChatGPT. Je crois fermement que rien ne remplacera jamais le créateur.

Autant ne pourrons-nous jamais égaler l’Être suprême qu’est Dieu (pour ceux qui y croient), autant aucune intelligence artificielle ne pourra jamais égaler l’intelligence humaine.

Donc, non ce n’est pas une menace mais plutôt une opportunité pour ceux qui sauront l’appréhender, comme la calculatrice lorsqu’elle fut créée.

‘’ Il y a un aspect de la connexion humaine, émotionnelle qui intervient dans la communication qu’aucune AI ne saura jamais capturer et transmettre

Ce que je perçois au quotidien de ce que vivent les Camerounais et que je traduis par un message poignant et simple comme « Ensemble, on gère », aucune AI ne peut dupliquer cela.

Y-a-t-il une activité qui vous détend particulièrement et vous permet de recharger les batteries ?

La lecture. Je suis une solitaire qui est forcée par un métier que j’adore, d’être au contact permanent des foules.

De plus, je suis une overthinker. En gros, mon cerveau n’arrête pas de tourner. Alors, très souvent, je lis à ma pause pour dégager mon esprit. Mais lorsqu’il est surchargé émotionnellement, j’écris de la poésie.

Un dernier mot aux jeunes qui souhaitent suivre vos traces ?

Aimez ce que vous faites. Faites-le avec intégrité. Il n’y a pas de mal à ne pas savoir, mais la volonté et la ténacité dans l’apprentissage continu doivent prévaloir.

Ayez un esprit de gratitude et non d’entitlement, c’est-à-dire le « on me doit ». Soyez entreprenants. Ayez une vision saine de la vie, une mission qui va au-delà de votre personne, un désir d’impacter positivement et une volonté de laisser vos empreintes partout où vous passerez.

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp