« Aujourd’hui l’Afrique saigne, demain ses enfants panseront sa plaie» Landry MILINGO

Rencontre avec cet informaticien, visionnaire congolais qui souhaite proposer à l’Union Africaine, une Taxe Solidaire Africaine et qui a mis sur pied un dispositif numérique dénommé « Elykia » qui favorise une redistribution automatique des aides sociales

Il est le président-fondateur de l’association LIBOKE, une ONG qui vole au secours des personnes vulnérables en Afrique. Landry Milingo fait partie de cette diaspora active qui œuvre pour la construction d’une Afrique nouvelle, où les notions de dignité, d’Amour et de Solidarité résonnent de manière vibrante et forte dans le cœur de tous. Son engagement lui a récemment permis de recevoir le titre d’ambassadeur du social et du Développement de son pays, la République Démocratique du Congo.

Bonjour Monsieur MILINGO. Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai un parcours assez atypique. Je suis informaticien de métier et j’ai changé de voie afin de me consacrer pleinement à ce qui m’anime : venir en aide aux personnes dans le besoin dans différents secteurs (Education, Santé, Environnement). Pour exceller dans le domaine, je suis retourné sur les bancs de l’école pour obtenir un Master en tant que Directeur de l’économie sociale et solidaire en France

 

Comment vous est venue l’idée de créer l’Association LIBOKE et quel bilan pouvez-vous en faire ?

 

La création de l’association LIBOKÉ est venu d’un constat. L’Afrique souffre du manque criant d’un système de santé fiable et viable et d’une économie stable. LIBOKE innove donc dans ce sens en proposant des accès aux soins novateurs et en créant par exemple des ateliers d’insertion ou de formations

Aujourd’hui, l’association LIBOKE se porte bien au niveau innovations sociales. Nos cellules pour la plupart digitales permettent de venir en aide à diverses populations démunies (Femmes violées, femmes enceintes, personnes vivant avec un handicap, orphelins etc.) mais comme tout organisme, nous avons besoin de moyens financiers pour améliorer nos dispositifs d’aide et accroitre le nombre de bénéficiaires de nos actions. Aujourd’hui l’Afrique saigne, demain ses enfants panseront sa plaie.

Pouvez-vous nous partager l’actualité de cette association et les différentes activités que vous comptez mener cette année ?

Actuellement, nous sommes dans une phase de déploiement de tous nos dispositifs à travers le continent. Je pourrai citer ici :

La Carte de sortie de maternité : Mettre à disposition une carte afin que nos mamans ou futures mamans puissent bénéficier de CPN (Consultation Pré-Natale), échographies afin de passer leurs grossesses en toute quiétude ;

Les Bons de pharmacies / Alimentaires : Mise à disposition de bons numériques de santé et alimentaire pour les personnes en grande précarité. Ces bons peuvent être utilisés dans nos centres de santé, pharmacies et commerces de proximité partenaires (favorisant l‘économie locale)

La Carte d’hygiène féminine : Dispositif permettant d’aider les jeunes filles en milieu scolaire. Lors de leurs menstrues, elles pourront chaque mois avec cette carte se procurer des produits nécessaires pour leurs protections auprès des établissements de santé partenaires.

Nous opérons dans tellement de secteurs qui me sera difficile de vous dire quelle activité domine sur les autres.

Je ne pourrai oublier de vous citer une activité qui nous tient particulièrement à cœur, car elle crée un magnifique cercle vertueux. En fait, l’association a mis en place un atelier où des personnes vivant avec un handicap (mal voyants, amputés, handicapés moteurs…) fabriquent des ardoises scolaires, et celles-ci sont distribuées gratuitement à des écoles défavorisées sur tout le continent. L’éducation doit avoir sa place comme tout autre domaine dans ces environnements désastreux.

Toutes ces activités m’ont conduit à recevoir le titre d’Ambassadeur du social et du développement en République Démocratique du Congo

Quels sont les défis et challenges que vous êtes appelés quotidiennement à relever ?

Je me lève tous les jours avec cette doctrine d’un auteur japonais Ryunosuke Satoro : «  Seuls, nous sommes que des gouttes d’eau, ensemble nous formons un océan ».  Mon challenge est de tisser la plus belle toile afin d’attirer le plus de personnes et d’entités possibles pour que nous puissions œuvrer ensemble et construire une Afrique nouvelle et faire disparaître le plus de maux possibles.

D’où puisez-vous cette passion pour l’humain, et plus largement pour l’engagement social ?

Je pense que l’engagement social se nourrit et se puise dans l’amour que nous pouvons avoir de son prochain et surtout l’espoir de voir nos frères, sœurs, tantes, mères sortir d’une précarité qui perdure depuis bien trop longtemps.

Quelles sont vos ambitions avec l’association LIBOKE ?

Je souhaite développer encore des cellules sociales pour aider le plus de monde possible et proposer à l’Union Africaine, une Taxe solidaire Africaine afin de mettre en place un  système numérique similaire à l’association LIBOKE qui permettra cette fois d’atteindre des millions de personnes quotidiennement.

Nous avons lancé un projet appelé « les bassins de l’espoir ». Il s’agit de doter de nombreux orphelinats de bassins de pisciculture, le but étant de faire naître une auto-alimentation et un modèle économique qui leur sera propre. Nous espérons que ce projet lancé en République Démocratique du Congo (et très bientôt en Mauritanie), s’exportera aussi ailleurs.

Que peut-on vous souhaiter pour l’année en cours ? 

Une bonne santé, car sans elle, l’association LIBOKE ne peut exister !!! Pour finir, j’invite vos lecteurs à nous suivre sur les réseaux sociaux pour être au courant de notre actualité.

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp