Les Soft Skills, c’est quoi ? Nos conseils pour les développer et les valoriser

décembre 20, 2022

Vous avez probablement déjà entendu parler des « soft skills ». Mais qu’est-ce que c’est ? Et comment réussir à valoriser les vôtres ? Zoom sur ces compétences de plus en plus recherchées !

Créativité, travail d’équipe, sens de la négociation… On entend de plus en plus parler des soft skills, ces compétences « douces » à la croisée entre aptitudes, qualités et traits de personnalité.

Mais pas facile de s’y retrouver ! En effet, qu’est-ce qu’on appelle une soft skill ? Pourquoi en parle-t-on autant aujourd’hui ? Et surtout, comment pouvez-vous mettre en valeur vos propres soft skills dans vos candidatures et en entretien ?

 

À travers cet article, vous comprendrez mieux ce que sont les soft skills, pourquoi vous devez miser dessus et quelles sont celles qui sont les plus recherchées aujourd’hui en entreprise !

 

 

C’est quoi une soft skill exactement ?

 

Difficile de s’accorder sur une définition claire et précise de soft skill. En général, il est question  de « savoir être » ou de « compétence douce », qui est la traduction littérale de soft skill. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Les soft skills, une notion très large

 

La notion de soft skills recouvre une galaxie de concepts différents : ce sont des aptitudes, des qualités mais aussi des compétences liées à la personnalité de chacun. Pour y voir plus clair, la psychologue Cécile Jarleton distingue trois concepts dans les soft skills :

  • les traits de personnalités, innés (introversion, extraversion, optimisme…)
  • les états émotionnels (enthousiasme, conscience de soi, empathie…)
  • les compétences qu’on peut acquérir et améliorer (sens de la communication, élocution, sens de l’écoute, esprit d’équipe…).

 

Pour être exhaustif, les soft skills sont l’ensemble des aptitudes et compétences qui ne sont pas techniques et qui nous permettent d’évoluer dans la vie, personnelle comme professionnelle.

À savoir : tout le monde a sa propre vision des soft skills et donc sa propre manière de les qualifier. On parle par exemple de compétences humaines, de qualités humaines, de qualités relationnelles, de compétences comportementales…

 

Les soft skills sont des compétences transversales

 

On peut aussi rapprocher la notion de soft skills de celle de compétences transversales ou transférables, dans le sens où elles ne sont pas cloisonnées à un métier, à un domaine ou à un secteur d’activité mais peuvent être sollicitées dans n’importe quelle situation. Par exemple, la « capacité à résoudre des problèmes » est transversale puisqu’on peut aussi bien s’en servir dans un poste d’ingénieur cybersécurité que dans un rôle de consultant.

 

Les soft skills peuvent s’apprendre et être développées

 

Tout comme les compétences techniques, les soft skills peuvent être développées. La créativité, l’intelligence émotionnelle ou encore le sens de la négociation peuvent être cultivés dans le cadre personnel, à travers des voyages, des rencontres ou des expériences, mais aussi dans le cadre professionnel, via des ateliers, des formations et un environnement de travail bienveillant.

 

Pour résumer, les soft skills sont toutes les compétences non techniques, qu’on utilise dans la vie pro comme perso. Elles se caractérisent par leur transversalité et peuvent être développées.

 

Soft skills VS hard skills

 

Quand ils recherchent un candidat, les recruteurs sont attentifs aux hard skills et aux soft skills. Mais quelle est la différence entre les deux ?

 

Les soft skills

 

Les soft skills relèvent des compétences transversales. Ce sont des compétences qui peuvent être mobilisées dans n’importe quelle situation et dans n’importe quel cadre, peu importe le métier ou le secteur d’activité. Un commercial, par exemple, qui veut devenir professeur des écoles ne se servira pas de sa maîtrise de tel outil informatique de vente dans son nouveau métier. Son savoir-faire acquis dans la vente ne lui sera d’aucune utilité pour devenir enseignant, mais son savoir-être en revanche, le sera : son sens de l’écoute, sa capacité à s’adapter ou encore son sens du relationnel.

Exemple : la pensée critique, la créativité, la gestion des équipes, la capacité à négocier…

 

Les hard skills

 

Les hard skills font quant à elles références aux compétences techniques acquises, au savoir-faire. Ce sont les compétences éprouvées par la pratique. Elles englobent par exemple des compétences apprises à l’école, des langues étrangères, la maîtrise d’outils et de logiciels ou encore un langage programmatique.

Exemple : la maîtrise du pack office, la connaissance de techniques marketing, savoir coder en Python…

 

Pourquoi les soft skills sont indispensables aujourd’hui ?

 

La notion de soft skills existe depuis des années, mais ce n’est que récemment qu’elle a intégré le vocabulaire des ressources humaines. Pourquoi ces compétences douces revêtent-elles un caractère aussi important pour les recruteurs ?

À l’heure où le monde se transforme à un rythme de plus en plus soutenu, où les métiers, propulsés par les nouvelles technologies, évoluent sans cesse et où les compétences techniques deviennent rapidement obsolètes… les soft skills apparaissent comme indispensables. Elles sont des réponses pour mieux s’adapter aux mutations du travail et épouser le progrès.

Autrement dit, la numérisation des entreprises et l’arrivée de l’intelligence artificielle ont bousculé notre manière de travailler. Les programmes informatiques peuvent réaliser un très grand nombre de tâches, mais ne peuvent pas être « créatifs » ou « empathiques », des compétences encore réservées aux êtres humains et sur lesquelles il est désormais essentiel de se concentrer.

Aujourd’hui, mieux vaut avoir de solides soft skills à son arc que des compétences techniques. Par exemple, il est préférable de développer votre capacité à résoudre des problèmes, un savoir-être qui vous sera utile toute votre vie, plutôt que de dépenser votre énergie à apprendre une compétence technique qui ne sera plus d’actualité et devra être renouvelée dans 5 ans.

Pour résumer, les soft skills sont aujourd’hui un atout indéniable pour s’adapter et évoluer sur des postes que la technologie ne cesse de bousculer. Miser sur ses soft skills, c’est assurer son développement professionnel sur le court comme sur le long terme.

Exemples de soft skills

 

On dénombre des dizaines de soft skills. Pour y voir plus clair, todo skills a établi Le Référentiel Tout Doux, qui permet  de catégoriser les soft skills en six catégories :

  1. Communication (communication orale, communication écrite, communication non-verbale, écoute active)
  1. Compétences interpersonnelles (travail en équipe, sens du collectif, coordination, gestion de conflit, fiabilité, flexibilité, politesse…)
  1. Leadership (responsabilité, prise de décision, négociation, intelligence émotionnelle…)
  1. Apprentissage (apprendre à apprendre, autonomie, curiosité, esprit d’entreprendre…)
  1. Compétences intrapersonnelles (attitude positive, éthique, gestion du temps, discipline, rigueur,  gestion du stress, confiance en soi, résilience…
  1. Réflexion & imagination (résolution des problèmes, esprit critique, créativité, ouverture d’esprit…)

 

Inspirez-vous de cette roue des soft skills pour vous aider à identifier vos propres compétences !

 

Les soft skills dans les offres d’emploi

 

À quoi ressemblent les soft skills dans les offres d’emploi ? Comment les recruteurs indiquent-ils les compétences douces qu’ils recherchent chez le candidat ?

Si les recruteurs se basent d’abord sur les hard skills pour recruter un candidat, les soft skills entrent en compte lorsqu’il faut trancher entre plusieurs profils qui affichent des compétences et des expériences égales. Et plus la rémunération est élevée, plus les recruteurs vont rechercher des soft skills pointues chez les candidats.

Dans une offre d’emploi, les recruteurs abordent leurs besoins en soft skills dans la partie « profil » ou « vous êtes…« . Voici un exemple d’une offre d’emploi pour un poste d’ingénieur projet. Les recruteurs ont même clairement indiqué le savoir-être recherché chez le candidat :

 

Jeunes diplômés, candidats en reconversion… misez sur vos soft skills

 

Les jeunes diplômés ou les candidats en reconversion ont tout intérêt à miser sur leurs soft skills, dans les candidatures comme dans les entretiens d’embauche.

En tant que candidat sans expérience ou jeune diplômé, les soft skills représentent un excellent levier pour convaincre le recruteur de vous faire confiance. Sachant que vous n’avez pas de réelle expérience et que vous n’avez pas encore acquis les compétences clés du métier, c’est votre personnalité, votre caractère et votre capacité à apprendre qui vont faire la différence.

 

Comment développer et valoriser vos soft skills ?

 

Développer ses soft skills

 

Tout le monde est créatif, capable de travailler en équipe, ou a un sens de l’écoute. Mais tout le monde n’a pas le même degré de compétence ! Quand chez certain la créativité sera innée, chez d’autres ce sera la capacité à résoudre des problèmes. Mais la bonne nouvelle, c’est que tout le monde peut développer ses soft skills. Le sens de l’écoute, par exemple, se travaille en prenant le temps d’être attentif à ce que l’autre dit, tout comme la pensée critique se travaille en faisant l’effort de prendre du recul sur les situations et en remettant en question ce qui est acquis et mis en place. C’est un apprentissage de tous les jours.

Évidemment, des ateliers ou des formations spécifiques permettront de mieux encadrer l’apprentissage de ces compétences douces.

À savoir : de nombreux tests de personnalité peuvent vous aider à identifier vos soft skills. Dans les bilans de compétences, par exemple, les conseillers s’appuient sur les aptitudes humaines, les capacités et les qualités des candidats pour leur suggérer des idées de réorientation.

 

Valoriser ses soft skills

 

Pas évident de valoriser vos soft skills, puisqu’elles ne sont pas quantifiables. Aucun diplôme ne décerne noir sur blanc la capacité à s’adapter ou la créativité ! Heureusement, il existe des manières de mettre en valeur vos compétences douces :

 

Dans votre CV n’hésitez pas à créer un encart dédié dans lequel vous listez vos principales soft skills. Dans votre lettre de motivation vous pouvez aussi indiquer vos qualités personnelles et vos compétences les plus importantes, en rédigeant une phrase telle que : « mes différentes expériences, professionnelles comme personnelles, m’ont amené à cultiver un esprit d’analyse et à travailler méthodiquement. »

 

Pour valoriser vos soft skills en entretien vous pouvez expliquer comment votre sens de la communication ou votre capacité à travailler en équipe vous a permis de réaliser tel projet. Mais vous pouvez aussi démontrer votre savoir-être (et prouver vos compétences) au fil de votre entrevue avec le recruteur : en montrant que vous écoutez bien tout ce que dit le recruteur par exemple, vous sous-entendez un certain sens de l’écoute, en ne montrant aucun signe de nervosité vous sous-entendez une certaine gestion de stress, et ainsi de suite.

 

Les soft skills les plus recherchées en 2022 selon Studies CM

 

 

  1. Résolution de problèmes complexes
  1. Pensée critique
  1. Créativité
  1. Gestion des équipes
  1. Coordination
  1. Intelligence émotionnelle
  1. Jugement et prise de décision
  1. Souci du service client
  1. Négociation
  1. Souplesse cognitive

 

Autant de soft skills sur lesquelles miser dans vos prochaines candidatures ( à condition bien sûr de les posséder !).

 

Bonne réussite professionnelle!

L’équipe Studies

 

0 0 votes
Évaluation de l'article

Votre histoire mérite d’être racontée

Laissez-nous un mail ou un message 

Soutenez la croissance de votre média!

Abonnez-vous pour plus de contenus !

Notre sélection

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Souscrivez à notre Newsletter

Ne manquez aucune de nos publications.

Consultez votre boite de messagerie. Merci de faire partie de la famille.

Pin It on Pinterest

Share This