« Le recouvreur doit avoir le souci de la satisfaction de la clientèle » Francis Bessong

avril 11, 2022

Nous poursuivons avec le quatrième numéro de notre rubrique « à la découverte des métiers » et nous intéressons aujourd’hui au métier de Recouvreur. Quelles sont les principales missions d’un recouvreur ? Quelles sont les compétences attendues (générales et spécifiques) pour exercer ce métier ? Et quelles sont les contraintes liées à ce métier ? Nous avons posé la question à un professionnel. Francis Bessong se confie sur métier. Produit de l’Université Catholique d’Afrique Centrale, ce professionnel camerounais revendique plus de 10 années d’expérience dans le secteur bancaire. Il officie depuis 2019 comme Regional Debt Collection Expert Central and East Africa chez Société Générale

Coup de projecteur sur ce métier qui commande de cultiver un esprit ouvert et d’excellentes qualités de négociation.

Bonjour Monsieur Francis Bessong. Pouvez-vous nous parler de vous (parcours académique et professionnel) ?

Diplômé de l’université catholique d’Afrique Centrale (Master en Contentieux et Arbitrage des Affaires), j’ai démarré ma carrière en 2008 au sein du Service juridique et du recouvrement chez Alios Finance, avant de rejoindre le Conseil Juridique de SCB Cameroun en 2013. Au sein de SCB Cameroun je suis recruté en tant que Assistant juridique puis je suis nommé au poste de Responsable Recouvrement Judiciaire. Après cette expérience qui a duré près de six années, je rejoins en 2019, la Société Générale au sein de la Région Afrique Centrale et de l’Est au poste d’Expert Recouvrement Régional.

Quelles sont les principales missions d’un Recouvreur ?

La mission principale du recouvreur est le recouvrement des créances compromises. Cependant, avec l’évolution des règlementations et l’organisation des entreprises en vue d’optimiser la performance du recouvrement, nous nous situons désormais dans une gestion proactive en anticipant sur des actions déployées afin de réduire le « niveau de casse » et impacter positivement sur le flux de dossiers géré dans le cadre d’un recouvrement contentieux.

En affinant nous aurons des problématiques de performance budgétaire, de gestion de la CNR, de maîtrise de la globalité du portefeuille d’actifs non-performants, qui à mon sens se présente comme un challenge pour les organisations telles que les établissements de crédits, à mettre en place dans leur organigramme un acteur qui pourrait avoir en charge ou répondre de toutes les problématiques liées à cette gestion des NPL (provisions, Coût net du risque, performance du recouvrement suivant le planning et l’organisation retenue). Les missions du recouvrement sont plus vastes que celles présentées de manière triviale à l’introduction de mon propos sur les missions du recouvreur.

Quelles sont les compétences attendues (générales et spécifiques) pour exercer votre métier ?

Un recouvreur doit être innovant.

La performance réelle du recouvreur repose sur sa capacité d’ouverture, du fait du large champ de problématiques à résoudre ou à prendre en charge ; sa capacité d’analyse, d’Écoute active. Par ailleurs, il devra à la fois être orienté solutions, business et clients. Avoir une bonne capacité d’anticipation, des grandes qualités de négociation. Enfin, un bon recouvreur doit être innovant.

Quels sont les diplômes qui préparent le mieux à ce métier ? Mieux, quelle formation vous semble la plus adaptée aujourd’hui ?

Ce métier est plus ouvert qu’on ne le croit. Bien qu’une formation de juriste soit un avantage (considérant la qualité du profil de juriste d’affaires particulièrement)

Quelles sont les principales contraintes liées à votre métier ?

Sans être exhaustif, nous pouvons citer une des difficultés qui est celle de la « prédictivité » de la performance. Le recouvrement intervient en situation de défaillance et d’incertitude. Le client va-t-il respecter ses engagements ?  Les leviers à sa disposition permettent au recouvreur de réduire cette incertitude.

L’autre pourrait être liée à la position du recouvreur qui se retrouve souvent dans une posture délicate, exposé à plusieurs risques (corruption, et autres), le respect des procédures est alors un principal exutoire.

Quelles qualités faut-il développer pour devenir un excellent Recouvreur ?

Elles sont nombreuses Ouverture d’esprit, curiosité, intégrité, négociation, écoute active, honnêteté…

Un dernier mot aux personnes qui souhaitent embrasser votre métier ?

Le recouvreur doit avoir le souci de la satisfaction de la clientèle, et de la performance de son entreprise. Il doit avoir conscience du caractère stratégique de la position qu’il occupe où qu’il souhaite occuper.

Propos recueillis par Fabrice Tientcheu

0 0 votes
Évaluation de l'article

Communiquer sur Projecteur Magazine ?

Rien de plus simple ! Laissez-nous un mail ou un message 

Soutenez la croissance de votre média!

Abonnez-vous pour plus de contenus !

Notre sélection

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Souscrivez à notre Newsletter

Ne manquez aucune de nos publications.

Consultez votre boite de messagerie. Merci de faire partie de la famille.

Pin It on Pinterest

Share This