Akumbom Valery, un professionnel de l’audiovisuel passionné par l’innovation et l’humain

logo projecteur magazine
mars 14, 2022

A l’évocation, le nom ne dit peut être pas grand chose. Sauf que le directeur de production de Dash média est présenté comme celui qui apporte par sa touche, une bouffée d’air frais et d’intelligence dans le paysage médiatique Africain. Depuis Septembre 2021, ce professionnel arbore la casquette de celui qui veille à ce que les bons contenus soient diffusés sur les antennes de Dash Média.

AKUMBOM Valery régule le flux des contenus dans l’une des chaines de télévision dont il a lui même contribué à la mise en place, émettant depuis Douala au Cameroun.

Coup de projecteur sur ce camerounais qui dans un style à la fois franc et drôle, s’emploie tous les jours à trouver la recette qui pourrait chatouiller la satisfaction des téléspectateurs.

 

valery-akumbom-dash-media-akumbom-valery-dash-news-head-of-production

Lire aussi : myriam-tolen-nous-accompagnons-les-entreprises-souhaitant-disposer-dun-capital-humain-valorisé

 

Le Cameroun est une terre de talents. Dans l’écosystème médiatique local, on retrouve des homes et des femmes qui au quotidien, s’arment de créativité et de professionnalisme pour proposer des contenus de qualité, susceptibles de créer de la valeur auprès des téléspectateurs ou des internautes.

Akumbom Valery fait partie de ces talents. Ambitieux, rigoureux et curieux, ce jeune professionnel a réussi à se frayer un chemin dans le monde de l’audiovisuel. Sa fonction, Directeur des programmes et de la Production chez Dash Média. Une opportunité unique pour lui, de mettre ses compétences au service du rayonnement de cette entreprise de communication qui souhaite conquérir le marché africain.

Akumbom Valery prend son travail très au sérieux.  Pour ce qui est de la production par exemple, il a toujours sa recette : » concernant les productions, je m’assure que la télé est dotée de tous les équipements nécessaires et que l’équipe ne manque de rien pour effectuer le travail en respectant la date limite  » précise AKUMBOM Valery.

Ce jeune camerounais veille également au respect des normes internationales minimales requises dans la production, ce qui fait de lui un directeur strict, un élément indispensable selon lui, pour rivaliser avec le reste du monde.

Lire aussi : gerer-largent-dans-une-institution-financiere-est-passionnant-mais-exige-le-don-de-soi-samuel-roger-mbassa

 

Une trajectoire séduisante

 

Né à New Bell, quartier cosmopolite de Douala, Akumbom Valery a très vite pris ses marques dès ses études primaires dans la même ville, avant d’aller du côté de Yaoundé pour compléter sa formation au GBHS d’Etoug-Ebe. Passionné par l’art et l’audiovisuel, c’est à l’institut national du film Jos au Nigeria qu’il ira chercher l’adresse nécessaire.

Certifié monteur vidéo professionnel, (monteur des films certifiés) et d’un diplôme en Art cinématographique en 2010, le spécialiste de la réalisation et du montage va prêter ses services à des grandes firmes qui sollicitent son expertise. MTN; GLO; DSTV; MONEYGRAM; HISTORY CHANNEL; MWDDB sans compter la Banque mondiale et l’union Africaine.

La ligne éditoriale n’a jamais été un obstacle pour lui, sa polyvalence lui permet de s’adapter à l’esprit. C’est à ce titre qu’il a également travaillé pour plusieurs autres médias en tant que consultant médias, développeur des contenus.

 

 

Sa philosophie axée sur le résultat malgré son opiniâtreté, a réussi à séduire plusieurs autres partenaires. Le spécialiste de l’art cinématographique a aussi contribué à la mise en place des studios de production et à la formation des équipes, notamment en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale.

Avec plus de 12 ans d’expérience, son nom sert déjà de référence en matière de création des chaînes de télévision dans la sous région CEMAC et CEDEAO. Son savoir faire colle littéralement à des chaînes comme Ebony life TV, Sound city Tv, NIGE ZIE et bien évidemment Dash média tout récemment. Son aisance à introduire du sensible à la télévision et sa facilité à surfer sur la complexité se trouve dans sa passion. Sa motivation: les défis dans son travail. Ses hobbies, regarder les documentaires.

 

‘’

Ce que j’aime dans mon travail, ce sont les défis qui se présentent dans chaque projet parce qu’aucun n’est pareil. L’adrénaline pour atteindre les objectifs

 

Sa force de progression réside dans son amour du travail bien fait. Pour Valery Akumbom, chaque projet sur lequel il est appelé à travailler est un nouveau challenge :  » Ce que j’aime dans mon travail, ce sont les défis qui se présentent dans chaque projet parce qu’aucun n’est pareil. L’adrénaline pour atteindre les objectifs « .

Mais il n’a pas conquis cet univers au prix de rien. C’est le fruit d’un travail et des sacrifices énormes :  » Je passe des nuits blanches, j’ai le sentiment d’être un astronaute avec pour obligation de réussir et je ne me repose qu’à l’accomplissement de la mission « .

Les documentaires historiques, il en raffole. Regarder les films surtout épiques, visiter la faune et la nature constituent le lot de ses distractions. Réalisateur averti et monteur accompli, Akumbom Valery est une véritable perle dans son domaine. 

 

Son histoire 

 

 »
Pendant notre stage, mes camarades de classe, sachant que je ne connaissais personne au Nigeria, m’ont proposé de travailler à la NTA (Nigerian Television Authority), plus proche de la CRTV au Cameroun.
Cependant, j’ai refusé l’offre pour aller vers l’inconnu. Je voulais être encadré, mais je ne voulais pas encore gagner de l’argent. Je voulais que quelqu’un m’apprenne comment fonctionne la production.


J’ai contacté mon tout premier mentor, NFORMI Leonard. Oga Leo, comme on l’appelle affectueusement, a été clair sur un point : il n’avait pas de place pour m’accueillir à Abuja, mais il y avait toujours de la place pour apprendre si je restais dans les parages.


C’est ainsi que j’ai déménagé à Abuja. Je suis restée dans un bâtiment inachevé à Gwarinpa, sans aucun soutien. J’ai dû courir 25 km tous les matins pendant près de trois mois pour me rendre au travail, sans argent de poche. Dieu seul sait comment j’ai survécu.


Lorsque j’arrivais près de mon lieu de stage, je me baignais et me changeais dans une rivière locale pour me débarrasser de la sueur et de la fatigue de la course avant de me mettre au travail, tout cela à l’insu de mon mentor. Vous savez, il m’est arrivé de dormir toute la nuit parce que je n’avais pas d’endroit où dormir. J’ai également interagi avec les autres gars qui travaillaient avec Oga Leo avant moi et qui m’ont beaucoup appris.


À chaque projet, Oga Leo me chargeait de prendre des notes ; c’est ainsi qu’a commencé mon travail de directeur de production. Plus tard, je me suis retrouvée dans une équipe qui produisait du contenu pour la télévision et d’autres organes de coopération. Personne ne m’a jamais dit ce que je devais faire. Je savais ce que je voulais. Dès que la production était terminée, je m’assurais d’enregistrer tous les rushes sur un disque dur et de commencer le montage.


Il a fallu du temps pour que ma première vidéo montée soit validée et approuvée par un client. Je me suis rendu utile en arrangeant toujours les câbles et en m’assurant que tout était en place. Je ne me suis jamais plaint du fait que X ou Y avait plus de faveurs que moi. J’étais le dernier de la chaîne, mais avant de partir, j’étais le premier de la chaîne.

J’ai eu la chance, si vous voulez, d’avoir le jeune frère de mon mentor, NFORMI DIEUDONNE-DD, qui m’a littéralement tenu la main comme un frère et a guidé mon chemin dans le montage vidéo. C’est ainsi qu’en l’espace de trois mois, j’ai commencé à monter des projets destinés à être diffusés. Comme j’étais en stage, je n’étais pas payé, mais j’étais impatient de voir mon nom sur toutes les chaînes de télévision en tant que monteur.

Je me souviens très bien que lorsque je montais un projet et que mon nom n’apparaissait pas dans le projet en tant que monteur, j’approchais mon patron et lui disais que même s’il ne me payait pas, il devait insérer mon nom en tant que membre de l’équipe sur le projet.

Il y a eu de nombreux projets de premier ordre pour lesquels je n’ai pas été payé, mais ils m’ont permis de me construire et de me mettre en contact avec les bonnes personnes qui m’ont payé. Je dois dire que j’ai été payé en nature au début.

Le destin a voulu que je sois éjecté du bâtiment inachevé parce que la construction devait reprendre. Je m’étais fait des amis au bord du ruisseau où je me baigne habituellement, des « méchants » sans-abri.
J’ai donc déménagé dans la brousse avec eux ; mon sac était toujours accroché à un arbre, et je marchais le lendemain pour rejoindre mon équipe pour la bousculade, et la nuit je dormais sous un arbre près du ruisseau. La bousculade était réelle !

Mes premiers pas à Lagos a commencé à SoundCity Television, mais mon premier grand contrat a été une émission de télé-réalité, le Gulder Ultimate Search, puis Star quest.

Plus tard, ce fut Naija Diamonds, Moment with Mo, puis EbonyLife TV, un documentaire de l’Union africaine, entre autres. Les contrats se sont succédés et j’ai travaillé dans tous les domaines de la production.

Cela n’a jamais été facile. Je pouvais m’occuper de n’importe quelle production, de la préproduction à la livraison.
Tout le monde n’était pas satisfait de ma croissance ; je le sentais, mais je m’en moquais car je savais que c’était mérité. Je réalisais des projets et on s’occupait de mes factures, d’une ville à l’autre, d’un hôtel à l’autre.


Un jour, des voyous sont venus à mon hôtel à Abuja et m’ont menacé d’une arme, déclarant que je gagnais beaucoup d’argent et que je devais quitter le Nigeria. Ils m’ont traité de Camerounais de sang. 


J’étais sans défense et la production a été interrompue en raison de mon absence, car je me cachais des membres de la secte. Un matin, vers 4 heures, mon frère DD m’a fait sortir de l’hôtel dans le coffre d’une voiture. Lorsque nous sommes arrivés à l’arrêt de bus, il m’a dit de quitter le Nigeria parce que ces types allaient me tuer. Presque tout le monde m’a dit la même chose.


Je n’ai jamais dit que j’étais un saint. En regardant d’où je venais et où j’allais, c’était juste une question de devenir riche ou de mourir en essayant. C’est ainsi que j’ai effectué un « retour » ou une contre-attaque.
Vous vous souvenez des « méchants » sans-abri dont j’ai parlé… C’était ma vraie famille à l’époque, et je retournais toujours partager quelques habits et de la nourriture avec eux, la plupart d’entre eux étaient des artistes en herbe et je faisais des vidéos musicales gratuites pour eux.

Je suis restée au Nigéria pendant trois ans avant de m’installer au Cameroun pour créer ma propre entreprise. J’ai commencé par organiser des spectacles de rue, recruter des talents de rue et lancer mon label et mon studio de production.


Même si je me rendais de temps en temps à Lagos pour des concerts, j’avais besoin de faire sentir ma présence chez moi, et j’y ai donc consacré mon temps et mon énergie… C’est ainsi que j’ai investi tout ce pour quoi j’avais travaillé dans la recherche de talents et le showbiz. J’ai encore goûté à l’échec. Oui, j’ai échoué parce que je n’ai rien gagné avec ce que j’ai investi.


J’ai dû tout recommencer. J’avais besoin d’un nouveau marché pour me vendre. J’avais reçu une offre pour monter un studio de production et former une équipe de production en République du Congo, que j’ai refusée. Mais je devais me réactiver et j’ai donc demandé si l’offre était toujours disponible. Non, ce n’était pas le cas, mais ils étaient prêts à m’accueillir.


C’est ainsi que j’ai déménagé au Congo pour construire un studio de production qui a fourni et fournit encore du contenu à des agences de communication, des chaînes de télévision et des événements corporate.

C’est au Congo que j’ai trouvé mon mentor en marketing, Joseph Ndongo alias Big Joe, qui m’a formé au marketing et m’a offert une formation gratuite. J’ai dû mélanger les médias et le marketing pour avoir une connaissance approfondie de l’élaboration de contenus vendables.

Du Nigeria au Cameroun en passant par le Congo, mes empreintes étaient presque visibles. Pendant la période du COVID-19, les lieux étaient verrouillés et j’ai remarqué que quelqu’un me surveillait. En faisant mes recherches, j’ai découvert qu’il s’agissait du puissant BONY DASHACO alias DashMoney, qui me sert aujourd’hui de mentor en matière de gestion et de leadership.


J’ai saisi l’occasion de parler à M. Bony, qui m’a trouvé intéressant et m’a proposé de revenir au Cameroun pour construire sa vision de DASHMEDIA, afin de placer le Cameroun sur un marché compétitif en Afrique.

Je suis revenu et j’ai fait ce que je sais faire le mieux : construire. Si vous me posez la question, je vous dirai que nous ne faisons que commencer.


Tout au long de mon parcours dans la vie, j’ai eu de nombreuses raisons de faire marche arrière, mais abandonner n’a jamais été une option. Je ne peux que quitter un environnement pour un autre, que ce soit pour la tranquillité d’esprit ou pour la croissance, mais je n’abandonne pas ce que j’ai décidé de faire.


Chaque mentor que je rencontre a un impact sur moi, et seul Dieu peut les payer ; rien de ce que je fais ne sera jamais à la hauteur. Ces grands hommes ont contribué à façonner mon esprit d’une manière inimaginable. En retour, je leur dois RESPECT, GRATITUDE ET LOYAUTÉ.

Je n’ai pas encore gagné l’argent que je souhaite pour moi. Je ne vis même pas la vie dont je rêve. Je parle peu de la maison de mes rêves, mais je sens le vent du changement qui souffle… LE CHANGEMENT EST CONSTANT ET L’HUMILITÉ PRÉCÈDE LA GRANDEUR « . 

0 0 votes
Évaluation de l'article
Abonnement Annuel

Votre histoire mérite d’être racontée

Laissez-nous un mail ou un message 

Soutenez la croissance de votre média!

Abonnez-vous pour plus de contenus !

Notre sélection

This category can only be viewed by members. To view this category, sign up by purchasing Abonnement Annuel.
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Souscrivez à notre Newsletter

Ne manquez aucune de nos publications.

Consultez votre boite de messagerie. Merci de faire partie de la famille.

Pin It on Pinterest

Share This