Qui est Nelly Bakang Yomba, la nouvelle Directrice Générale de Chanas Assurances Vie?

Elle est aujourd’hui considérée comme une référence dans le secteur de l’assurance vie au Cameroun. Une réputation, qu’elle doit à sa rigueur et à son acharnement au travail. Dirigeante expérimentée, Nelly Bakang Yomba trace sa route, en apportant sa pierre à l’édification d’une meilleure culture de l’assurance dans son pays. Son itinéraire  n’a pourtant pas été une ligne droite.

Titulaire d’une maitrise d’ingénierie mathématique, la jeune femme d’alors, a dû « exceller dans toutes ses entreprises pour que ses compétences soient reconnues ». Depuis Mars 2023, elle officie comme Directrice Générale de Chanas Assurances Vie Cameroun. Nous l’avons rencontrée !

 

Que doit-on savoir sur vous et sur votre parcours (académique et professionnel) ?

 

Après l’obtention d’un Baccalauréat série C à Yaoundé au Cameroun, je me lance dans des études universitaires scientifiques qui seront sanctionnées en 1989 par une maîtrise d’ingénierie mathématique à l’Université d’Orléans en France, puis en 1991 par un diplôme de statisticien – mention actuariat de l’ISUP (Institut de Statistiques de l’Université de Paris VI-Jussieu).

Ma carrière professionnelle débute au Cameroun en 1992 après quelques stages effectués en France au cabinet Georges CHETOCHINE, chez France TELECOM et à la CNP. Je serai, tour à tour, Chargée d’études à la CNA (Compagnie Nationale d’Assurances devenue Sanlam Assurances Cameroun) puis Responsable du département des assurances de personnes chez Gras Savoye Cameroun (devenue Willis Tower Watson).

En 2001, je fais mon entrée dans le groupe Allianz et occupe dès 2007 le poste de Directrice Générale Adjoint de la société Vie au Cameroun pendant sept ans. En 2014, je deviens la Directrice Générale de la filiale togolaise du groupe Allianz qui est rachetée avec cinq autres sociétés par le Groupe SUNU en 2019. Depuis le 1er janvier 2020, je suis la Directrice Générale de SUNU Assurances Vie Cameroun.

 

A quoi ressemblaient vos débuts dans le milieu professionnel ? Quelles difficultés avez-vous rencontré sur votre parcours professionnel ? Comment avez-vous fait pour surmonter les différents obstacles ?

 

Mes débuts dans le milieu professionnel se font dans un contexte de véritable révolution dans la règlementation de l’activité de l’assurance avec l’avènement du code CIMA dont le traité est signé en 1992. Je fais donc partie de la première génération d’assureurs à utiliser cet outil. Il fallait se familiariser à ces nouveaux textes et surtout gérer les résistances qui se développaient pour empêcher sa pleine utilisation.

Par ailleurs, j’étais formée en actuariat, une filière encore assez peu connue au Cameroun et qui avait besoin d’acquérir ses lettres de noblesse. Il fallait donc démontrer l’importance d’un actuaire dans une compagnie d’assurance.

Enfin, la principale difficulté était mon statut de femme et de surcroît jeune. Je devais véritablement exceller dans toutes mes entreprises pour que mes compétences soient reconnues.

 

Quelles sont les principaux challenges que vous avez à relever en tant que dirigeante d’une entreprise qui évolue dans un secteur hautement concurrentiel ?  

 

Comme dirigeante d’une entreprise qui évolue dans un secteur hautement concurrentiel, mon principal challenge est celui du développement rentable de l’entreprise que je dirige. En effet, il s’agit au quotidien de proposer des couvertures d’assurance qui vont combler les besoins des clients autant que générer des marges appréciables pour les actionnaires.

 

[author] [author_image timthumb=’on’]: https://media.licdn.com/dms/image/C4E03AQHf-clUjVZJhw/profile-displayphoto-shrink_800_800/0/1652273381396?e=1680134400&v=beta&t=tZtDpR_VBysjAMQi5Xz0nenqAvPHO3bhDn2JhjyGymA[/author_image] [author_info]Propos recueillis par Fabrice Tientcheu, Story Teller & Promoteur du Webzine Projecteur magazine Fabrice Tientcheu raconte depuis 4 ans, l’histoire des personnes et des marques qui excellent dans leur domaine d’activité. [/author_info] [/author]

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp