« Binance permet aux camerounais d’avoir un meilleur accès à l’économie mondiale » : Carine Dikambi

Il y’a quelques semaines encore, elle officiait comme Directrice Afrique Francophone et de l’Est de Binance, le premier fournisseur mondial d’écosystème de blockchain et d’infrastructure de crypto-monnaie. “Avec un mélange de gratitude et d’excitation”, Carine Dikambi a décidé de quitter le navire pour embrasser d’autres challenges.

En 2 ans, cette femme de l’ombre, dynamique et afro-optimiste aura multiplié les actions visant à promouvoir l’inclusion financière en Afrique Francophone. Nous sommes allés à sa rencontre l’année dernière, quelques mois après le lancement de la Crypto Academie, un programme éducatif qui a permis à ce jour, de former plus de 4000 personnes sur les enjeux liés aux cryptoactifs et à la technologie Blockchain.

 

Bonjour Madame Dikambi. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

 

Bonjour, merci pour cet entretien. Je suis Carine Dikambi, née à Paris, j’y ai vécu et de là mes parents m’ont envoyé à New York où j’ai passé 15 ans. Après une carrière remplie de projets intéressants, j’ai ressenti en moi un appel naturel vers mes origines et j’ai donc décidé de quitter les États-Unis pour m’installer au Cameroun, pays de naissance de mes 2 parents et où je venais régulièrement en tant qu’enfant.

Après avoir étudié la finance et les sciences de  gestion, j’ai obtenu mon premier emploi à Wall Street en tant qu’analyste du risque de crédit pour une grande institution financière.

 

Vous avez travaillé avec de grands groupes financiers comme CITIGROUP et AMEX. Pourquoi avoir choisi de rejoindre BINANCE ?

 

J’ai toujours été passionnée par les nouvelles technologies et l’inclusion financière et j’ai donc choisi de rejoindre Binance en raison de la nature transformatrice de la technologie blockchain. Son impact potentiel majeur sur l’inclusion financière et les économies en général, l’influence de l’industrie, les cas d’utilisation profonds, la transparence et son évolution rapide m’ont incité à faire un pas dans l’industrie sans hésitation.

 

Quels sont les produits et services proposés par BINANCE ? En quoi sont-ils intéressants et à qui s’adressent-ils ?

 

Binance est un écosystème blockchain et un fournisseur d’infrastructure de crypto-monnaies avec une suite de produits financiers qui comprend la plus grande bourse de crypto-monnaies en volume. Dès lors, les utilisateurs ont accès à la plus grande place de marché où ils peuvent acheter et vendre un large éventail de crypto-monnaies, ainsi qu’à d’autres produits tels que :

 

  • Binance Earn, une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de gagner des intérêts sur leurs actifs en crypto-monnaies et d’en tirer un revenu passif.

 

  • Binance P2P, une place de marché où les gens peuvent échanger des crypto directement entre eux à leurs propres conditions, dans pratiquement tous les pays, en toute sécurité.

 

  • Binance Pay, un produit qui vous permet de payer et d’être payé en crypto par vos amis et votre famille dans le monde entier.

 

  • Binance NFT Marketplace, une place de marché NFT ouverte offrant la meilleure liquidité et des frais minimes.
  • Binance Launchpad, un produit qui aide les projets blockchain à lever des fonds et à accroître leur portée dans l’écosystème crypto & aide les utilisateurs à accéder rapidement à de nouveaux tokens.

Tous ces services et bien d’autres encore ne sont que quelques-uns des services proposés par Binance et, au cœur de notre activité, nous donnons constamment la priorité à la sécurité, à l’accessibilité et à la facilité d’utilisation. Par exemple, alors que de plus en plus de personnes entrent dans l’espace cryptographique, Binance a facilité l’achat de crypto-monnaies en utilisant le mode Lite de l’application Binance.

 

Lire aussi : configurez-votre-entreprise-pour-reussir-7-objectifs-sur-lesquels-se-concentrer

 

Quel peut être l’impact de BINANCE sur le marché camerounais ?

 

Dans son ensemble, Binance apporte de nouveaux services et de nouvelles opportunités financières au marché camerounais, permettant aux citoyens d’avoir un meilleur accès à l’économie mondiale. Nous avons pu constater l’impact considérable que cela a eu, par exemple, grâce à nos efforts en matière d’éducation, de formation et de services fournis, Binance crée de nouvelles opportunités d’emploi pour les Camerounais – et beaucoup sont sortis de la pauvreté et acquièrent des compétences afin de rester employables dans le monde entier.

Nous enseignons aussi continuellement aux gens comment investir judicieusement tout en évitant les arnaques et les mauvais acteurs.

Binance offre également des opportunités de carrière et de revenus directement sur sa plateforme. Par exemple, les utilisateurs qui se sont inscrits et ont été acceptés pour le programme Binance Marchand P2P sont maintenant en mesure de fournir des liquidités pour les acheteurs ou les vendeurs sur la plate-forme, gagnant ainsi leur vie dans le confort de leur maison.

Tout en poursuivant ses efforts d’éducation, Binance comble les lacunes en matière d’éducation afin d’assurer la protection des utilisateurs et de permettre aux Camerounais de construire de nouveaux systèmes et de nouvelles infrastructures financières.

 

Le principal frein à la pénétration des cryptomonnaies au Cameroun et plus largement en Afrique reste le manque d’éducation et  le  peu d’accès à la bonne information. Comment comptez-vous y remédier ?

 

Chez Binance, la sécurité des utilisateurs est notre priorité absolue. C’est pourquoi nous avons lancé notre initiative d’éducation, afin d’enseigner les principes fondamentaux de la cryptomonnaie, d’expliquer les cas d’utilisation quotidiens et de veiller à ce que les utilisateurs sachent comment éviter les escroqueries.

Jusqu’à présent, nous avons formé plus de 540 000 Africains dans le cadre de notre série de cours Binance Masterclass et nous continuons à développer cette initiative. Nos initiatives en matière d’éducation ont permis d’approfondir l’adoption des crypto-monnaies en Afrique. Actuellement, nous organisons une Crypto Académie chaque semaine à Douala et à Yaoundé. Les cours sont gratuits et ouverts à tous.

 

Quelle est la posture de BINANCE face aux régulateurs qui sont encore réticents à promouvoir les cryptomonnaies ?

 

La technologie Blockchain, la crypto et sa réglementation sont des concepts très nouveaux, il est donc juste que de nombreux régulateurs essaient de mieux comprendre l’espace. Chez Binance, nous pensons que la collaboration réglementaire avec les principaux acteurs de l’écosystème blockchain est essentielle, car la protection des utilisateurs est notre priorité absolue.

C’est pourquoi nous continuons à adopter une approche collaborative dans notre travail avec les régulateurs. Tout récemment, Binance a obtenu des licences à Dubaï et au Bahreïn et nous continuons à avoir ces conversations au niveau mondial.

 

Lire aussi : carole-nkoa-je-suis-une-femme-de-changement-je-crois-en-laction-sociale-et-citoyenne

 

Suite  à  ce  que  l’on  appelle  au  Cameroun  « l’affaire LIYEPLIMAL », une grande partie de l’opinion publique assimile désormais les cryptomonnaies à une forme d’escroquerie ou d’arnaque. Quelle est votre appréciation sur cette affaire ?

 

Dans tous les secteurs d’activité à travers le monde, il y a de mauvais acteurs. Cependant, nous comprenons que de nombreuses personnes sont encore novices en matière de crypto-monnaies et ne sont pas toujours en mesure de détecter rapidement les arnaques. C’est pourquoi l’éducation est l’un des principaux moyens que nous utilisons pour lutter contre ce problème.

Grâce à nos initiatives, nous veillons constamment à ce que les utilisateurs et les utilisateurs potentiels soient éduqués et armés contre les plateformes et les individus malveillants.

 

N’avez-vous pas peur de pâtir de cette mauvaise publicité ?

 

En tant que leader du secteur, nous continuons à profiter d’occasions comme celle-ci pour faire avancer l’éducation et la conversation sur les crypto-monnaies et sur la manière d’investir en sécurité. C’est pourquoi nous recommandons toujours les plateformes plus grandes et réputées comme Binance, qui disposent de nombreux mécanismes de protection des utilisateurs.

Par exemple, nous avons un fonds d’assurance d’urgence qui a été créé par Binance en juillet 2018 pour protéger les fonds des utilisateurs: le Secure Asset Fund for Users (SAFU). Lors de la création du fonds, Binance a engagé un pourcentage des frais de négociation afin de le faire croître à un niveau appréciable pour protéger les utilisateurs.

Le fonds d’actifs sécurisés a été évalué à 1 milliard de dollars US sur la base du cours d’ouverture du 29 janvier 2022. La valeur du fonds fluctuera en fonction du marché. Les portefeuilles du fonds SAFU comprennent BNB, BUSD et BTC.

 

Les cryptomonnaies s’appuient essentiellement sur la technologie. Pensez-vous que les camerounais soient prêts à l’adopter ? Quels sont les signes qui renforcent votre optimisme ?

 

Sans aucun doute. Si l’on compare le niveau de sensibilisation aux crypto-monnaies que nous avons aujourd’hui à celui des années passées, on peut voir la grande différence et cela ne fera que croître. Le marché francophone dans son ensemble présente un grand intérêt et continue de croître.

En tant que région plus récente, qui n’est en moyenne pas aussi exposée aux crypto-monnaies que les marchés d’Afrique de l’Ouest anglophone, par exemple, nous avons constaté certains problèmes, notamment que les utilisateurs sont effrayés par le jargon technique et qu’ils sont sensibles aux arnaques. C’est pourquoi nos initiatives en matière d’éducation sont si importantes et nous continuons à les mener.

 

Un mot de fin ?

 

L’Afrique est en train d’amorcer un tournant très décisif sur son développement et je suis fière d’y participer. La blockchain est une technologie très convoitée et disruptive dans les secteurs de l’économie où interviennent les tiers de confiance pour valider les transactions (banque et finance, logistique, notaire, santé, art, etc.).

Contrairement aux autres sociétés obligées de passer par des réorganisations de leurs économies à chaque grande évolution technologique, la Blockchain peut épargner ce long processus au continent africain, en lui permettant de faire un saut qualitatif pour passer immédiatement d’un stade de désorganisation qui a longtemps prévalu dans de nombreux secteurs de notre économie, à un stade d’organisation avancée sans phase de transition.

 

[author] [author_image timthumb=’on’]https://media.licdn.com/dms/image/D5603AQFBIlCthyIXQg/profile-displayphoto-shrink_800_800/0/1665505158889?e=1695254400&v=beta&t=xA_YFuN6KGsYT_vRdF5-hQqkBjPnXO13cIfiU8RGL7M[/author_image] [author_info]Propos recueillis par Danny Ngongang, Expert en accompagnement et développement des PME  [/author_info] [/author]

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp