« L’Afrique est dans mon sang et le monde est ma maison » : Elizabeth Elango

Elle est à la tête de la seule école aux Etats-Unis, consacrée à l’éducation des filles réfugiées (Global Village Project). Dame de cœur à la joie contagieuse, Elizabeth Elango a laissé une marque d’humanisme indélébile partout où elle a travaillé. À l’actif de cette leader passionnée par les questions de justice sociale, plus de 25 années d’expérience dans le secteur de l’humanitaire, au service des personnes en proie au désespoir. 

Dans cet article, elle dresse le bilan de sa première année à la direction de Global Village Project, évoque les conséquences de la crise afghane sur l’institution qu’elle dirige, nous parle de son enfance, de son parcours et partage quelques morceaux de sa vaste expérience.

Rencontre avec cette camerounaise qui a œuvré durant toute sa vie professionnelle pour le bien-être des personnes ayant fui la guerre ou la persécution

 

 

Parlez-nous un peu de votre enfance et de votre parcours

 

Je suis née à Limbe, une ville qui s’appelait Victoria à l’époque. Ma mère est originaire du Nord-Ouest et mon père du Sud-Ouest. Mon enfance je l’ai passé dans la ville de Douala au milieu des personnes d’expression francophone. Après mes études à la Baptist High School de Buea, j’ai déménagé aux Etats-Unis pour faire mon baccalauréat.

Je suis titulaire d’une maîtrise en études africaines à l’Université de Yale. Après avoir passé un été au Zanzibar et en Tanzanie, je suis revenu aux Etats-Unis pour débuter ma carrière dans le monde associatif. Depuis, je travaille dans des associations à but non lucratif.

J’ai d’abord travaillé brièvement en Afrique du Sud, au Kenya et en Tanzanie pour une organisation appelée GlobaLearn. Après cela, j’ai officié pendant 15 ans dans une organisation appelée Heifer International, où mon dernier rôle était celui de vice-président des programmes africains. Mon portefeuille comprenait le Cameroun, parmi 12 autres pays.

J’ai donc eu la chance de passer beaucoup de temps au Cameroun. Après Heifer, j’ai déménagé au Ghana où j’ai travaillé pour Junior Achievement, une organisation axée sur les jeunes. Dans ce travail, j’étais responsable du travail de l’organisation dans 15 pays d’Afrique subsaharienne.

J’ai énormément apprécié ce rôle, car j’ai une passion pour les jeunes. Maintenant, je dirige une école pour filles réfugiées aux Etats-Unis où je vis actuellement. Nos filles viennent du monde entier : Afghanistan, Congo, Rwanda, Myanmar, etc. La plupart viennent des milieux de guerre et ont raté de nombreuses années d’école. Nous aidons d’une part à réactiver et à accélérer leur éducation mais aussi, à les préparer à réussir.

Lire aussi : mon-principal-concurrent-cest-la-personne-que-jetais-hier-pascaline-kamokoue/

 

L’entrepreneuriat et surtout l’humanitaire, prennent une place importante dans votre vie. D’où vous vient cette passion et pourquoi avez-vous décidé de travailler dans ce domaine ?

 

Mon intérêt et ma passion pour les questions de justice sociale ont plusieurs influences. Ayant grandi à Douala, j’étais très consciente du fait qu’il y avait des inégalités dans notre société. Je me souviens qu’à l’heure du déjeuner, il y avait des enfants qui n’avaient rien à manger. Je me souviens avoir partagé mon déjeuner, car j’avais la chance d’avoir toujours plus que ce dont j’avais réellement besoin.

J’ai aussi été influencée par ma mère, qui est une donatrice dans tous les sens, et qui nous a inculqué les valeurs de solidarité et de générosité. Je n’oublie pas mon père, qui était enseignant à l’université de Yaoundé, et qui m’a donné une idée du monde au-delà de nous ; au-delà de Douala, au-delà du Cameroun et même au-delà de l’Afrique.

Mes parents nous ont inculqué un sens du service à la communauté et au monde et j’ai décidé d’en faire le travail de ma vie. Donc, la justice sociale, le développement de la communauté et des personnes, l’humanitarisme, le service… tout cela fait partie de mon ADN.

Je ne savais pas qu’il était possible d’en faire un métier. J’ai toujours souhaité être utile à ma communauté et au monde. Le fait d’avoir pu le faire et d’avoir une vie confortable est une bénédiction.

 

Elizabeth Elango avec l'une des élèves
Elizabeth Elango avec l’une de ses élèves

 

Vous ne vous séparez jamais de votre sourire et pourtant, vous côtoyez au quotidien des personnes qui croulent sous le poids de la misère ou du désespoir. D’où prenez vous la force pour sourire au milieu de ces personnes qui ont fui la guerre ou la persécution ?

 

Mon sourire est devenu ma marque de fabrique. Je n’avais pas l’intention qu’il en soit ainsi. Je suis juste une personne très joyeuse. Je pense que je suis faite pour être ainsi. Je dis souvent à mes amis que la joie est mon super pouvoir.

Les gens sont attirés par la joie. Alors sourire est une sorte de cadeau que je donne aux gens pour leur donner de l’espoir. La vie peut être très difficile et en plus de 20 ans de travail dans tous les coins de l’Afrique et dans le monde, j’ai été dans de nombreuses situations où les gens vivent des situations difficiles : la faim, la pauvreté, le déplacement forcé du fait de la guerre…

Je ne souris pas pour minimiser leur souffrance. Au contraire, si mon sourire peut leur donner un moment de joie ou une raison d’espérer ne serait-ce qu’un instant, alors je suis heureuse de le partager.

Lire aussi : abakal-mahamat-lex-etudiant-de-luniversite-de-ngaoundere-devenu-directeur-general-de-la-bgfi-bank-cameroun/

 

Vous êtes depuis le mois de septembre 2020, à la tête de la seule école aux Etats-Unis, consacrée à l’éducation des filles réfugiées. Parlez-nous un peu de cette école unique en son genre…

 

J’ai dû quitter mon travail au Ghana en 2020 pour retourner aux États-Unis pour des raisons familiales. Quand j’ai quitté ce travail, j’ai prié pour un autre travail qui aurait un certain nombre d’éléments qui m’apporteraient de la joie. Je cherchais un travail qui me permettrait de continuer à travailler avec des jeunes, de préférence des filles. Je voulais rester dans le secteur de l’éducation.

Je voulais continuer à être un leader, parce que c’est ce pour quoi je suis douée. Je voulais encadrer et guider des étudiants. Je voulais avoir un travail qui ne nécessitait pas de déplacements, car j’avais beaucoup voyagé dans mes fonctions précédentes.

Alors quand j’ai vu ce travail, c’était juste parfait. Global Village Project est la seule école aux Etats-Unis créée spécifiquement pour les filles réfugiées. Nos filles viennent de pays qui ont été en guerre et leurs familles ont été forcées de fuir pour se mettre en sécurité.

Nos élèves ont généralement entre 11 et 17 ans et ont raté jusqu’à six ans d’école. Ils viennent aux Etats-Unis et doivent apprendre une nouvelle langue et naviguer dans une nouvelle culture et nous avons la passionnante mission de les aider. J’aime ce travail. J’aime venir travailler tous les jours.

 

‘’

Dans mes nouvelles fonctions, j’apprends que ma capacité à faire des câlins est tout aussi importante que ma capacité à planifier stratégiquement

 

Seulement, ce sur quoi je n’avais pas compté, c’était à quel point celui-ci me tiraillerait le cœur. Je ne savais pas que cela me demanderait de puiser autant dans mes compétences en tant que mère que dans mes compétences en tant que professionnelle.

Je ne comprenais pas que je devais arrêter mon travail à mon bureau pour parler à la fille qui pleurait sans raison apparente et qu’il fallait sortir de la classe jusqu’à ce qu’elle se calme. Je ne savais pas que je devais renoncer à un appel avec un donneur pour consoler la fille qui avait mal au ventre et avait besoin d’attention.

Je n’avais pas prévu que je devrais réconforter un étudiant en swahili, creuser profondément pour trouver des mots que je n’avais pas pour communiquer avec une autre fille en arabe, le tout en moins d’ une heure.

La semaine dernière, une de nos élèves, (une petite fille afghane qui était rentrée en Afghanistan avec sa famille il y a quelques mois) s’est présentée à l’improviste à l’arrêt de bus avec les autres élèves pour être récupérée. Nous ne nous attendions pas à la revoir un jour, mais nous sommes ravis qu’elle soit de retour, surtout compte tenu de tout ce qui se passe actuellement dans son pays.

En réalité, c’est ce que mon travail exige. Dans mes nouvelles fonctions, j’apprends que ma capacité à faire des câlins est tout aussi importante que ma capacité à planifier stratégiquement. J’apprends que je ne suis pas seulement venu ici pour me fier à ce que je sais et répéter ce pour quoi je suis douée. Je suis venu ici pour me projeter vers de nouveaux horizons et pour grandir afin de pouvoir être utile à ces filles.

 

Quel bilan dressez-vous de votre première année comme CEO de Global Village Project ?

 

Ça a été une année difficile. Commencer un nouvel emploi au milieu de la pandémie était un défi. Enseigner aux élèves sur des ordinateurs était un challenge. Présenter une organisation à travers l’écran n’était pas facile. Mais nous l’avons fait. Je suis ravie d’avoir une formidable équipe et un remarquable conseil d’administration.

Nous avons des bénévoles engagés qui nous aident. Nous avons fait tant de choses avec tant de limitations. Nous nous sommes soutenus. Nous avons levé les fonds dont nous avions besoin pour faire le travail qui devait être fait. Nous avons enseigné à nos étudiants et nous étions des points d’ancrage pour leur santé mentale et émotionnelle. Je considère ma première année comme un succès.

 

elizabeth-elango-village-global-project-

 

Quelles sont vos perspectives avec Global Village Project ? Comment imaginez-vous cette école dans cinq ans ?

 

J’espère que nous aurons grandi. J’espère que Global Village Project sera plus fort. J’espère que nous serons une organisation capable de se soutenir financièrement et autrement. J’espère que nous aurons une plus grande capacité à accueillir les étudiants. L’actualité nous conduit à constater que la guerre et le changement climatique déplacent un grand nombre d’étudiants.

Aux Etats-Unis, le président s’est engagé à accepter davantage de réfugiés dans le pays. Nous savons que le besoin de notre mission grandira et nous voulons être dans une position où nous n’aurons pas à refuser une jeune fille qui a besoin de nous à cause de l’espace ou du manque de ressources.

J’imagine également que nous prendrons notre modèle et tout ce que nous avons appris au cours des 12 dernières années d’existence de l’école et que nous le présenterons et le diffuserons afin que d’autres puissent reproduire notre expérience ailleurs.

 

Parlons d’autres choses à présent. Quel lien avez-vous avec votre pays d’origine ?

 

Je reste très attachée au Cameroun. Mes parents vivent au Cameroun, donc je rentre chez moi dès que je peux. J’ai encore beaucoup de membres de ma famille là-bas. J’ai gardé mon passeport camerounais, même si les gens ont essayé à plusieurs reprises de me faire changer de nationalité.

J’aime mon pays, malgré ses nombreux défauts. Je ne changerais jamais de nationalité. Je suis très fière de mon identité camerounaise. Je garde des liens étroits avec le Cameroun. Le Ndolè est mon plat préféré, j’en mange encore chaque semaine. Dina Bell est mon musicien préféré, je l’écoute chaque semaine. Les collines de Batié sont mon endroit préféré sur terre. Cela ne changera jamais.

Lire aussi : anne-catherine-tchokonte-une-professionnelle-a-la-trajectoire-inspirante/

 

Dans votre aventure humanitaire, quel est votre plus beau souvenir et pourquoi ?

 

J’ai beaucoup de bons souvenirs de mon aventure dans l’humanitaire. J’ai eu la chance de voyager partout en Afrique et dans le monde. J’ai visité plus de 30 pays d’Afrique. J’ai visité plus de 50 pays à travers le monde. Ce que je chéris le plus, ce sont les liens que j’ai établis avec les gens ; des gens avec qui je n’avais pas en apparence beaucoup de points communs.

J’ai appris qu’en fin de compte, les gens veulent juste éduquer leurs enfants, nourrir leur famille, se payer des soins de santé lorsqu’ils sont malades et avoir un endroit sûr où vivre. Nos besoins sont si basiques. Quand je pense aux conversations que j’ai eues avec des gens du monde entier à propos de leurs rêves, ce sont les thèmes communs.

Je me souviens encore d’avoir ri avec des femmes dans un village népalais, même lorsque nous ne partagions pas une langue commune, nous pouvions établir une connexion. J’ai le souvenir de danser dans des villages partout en Afrique, d’apprendre quelques mots en amharique en Éthiopie, en swahili en Tanzanie, en kinyarwanda au Rwanda, en chewa en Zambie ou encore en wolof au Sénégal.

J’ai noué des liens profonds avec des étrangers dans les villages autour de repas partagés de kukumakange, tieboudiene, ndole, sukuma weeki, sadza, nshima. chakalaka. l’Afrique est dans mon sang et le monde est ma maison.

 

‘’

L’Afrique est dans mon sang et le monde est ma maison

 

Vous êtes très active sur les sujets liés au leadership féminin et à l’autonomisation des femmes. Pensez-vous que ce soit la meilleure voie pour le développement économique du continent ?

 

Je ne sais pas si c’est le meilleur chemin mais c’est un chemin à emprunter. Nous ne valorisons pas les contributions et les perspectives des femmes comme nous le devrions. Nous ignorons le pouvoir de plus de 50 % de notre population. Je pense que cela contribue à certains de nos échecs. Le leadership des femmes est essentiel et les sociétés qui l’ont reconnu et corrigé font les progrès les plus rapides.

Nous ne pouvons pas ignorer le leadership des femmes. C’est en partie pourquoi je suis si attachée à l’éducation et à l’autonomisation des filles. Je souhaiterais avoir un impact générationnel tout au long de ma carrière. Nous avons amplement la preuve que l’inclusion des femmes contribue à des résultats positifs dans tous les objectifs de développement que nous avons articulés.

 

elizabeth-elango-global-village-project

 

Pour finir, quels conseils donnez-vous aux jeunes générations, notamment les jeunes filles qui seraient tentées de suivre votre exemple ?

 

Mon conseil aux jeunes, en particulier aux jeunes femmes, c’est de faire l’effort de se connaître. Soyez honnêtes avec vous-mêmes. Votre authenticité est votre superpouvoir. Personne ne pense comme vous. Personne n’a eu la même expérience ni la même perspective que vous.

C’est pourquoi vous devez vous exprimer lorsque vous en avez l’occasion. Rejoignez les conversations : faites entendre votre voix. S’il y a un problème dans votre communauté qui ne cesse de vous déranger, c’est probablement parce qu’il est de votre responsabilité de le régler.

Il y a une limite à ce que les gouvernements peuvent faire. Investissez dans la construction de votre personnalité et de votre communauté. Vous n’irez pas loin dans la vie si vous n’avez pas de bons traits de caractère : intégrité, gentillesse, travail acharné, honnêteté… Ne cherchez pas ce que le monde peut faire pour vous. Cherchez ce que vous pouvez faire pour les autres et les récompenses en découleront. Bref, suivez vos rêves.

 

[author] [author_image timthumb=’on’]https://media.licdn.com/dms/image/C4E03AQHf-clUjVZJhw/profile-displayphoto-shrink_800_800/0/1652273381396?e=1691625600&v=beta&t=jDbbGEsOzQqrC6DiNL4-fBnIcIF5_6BgZUI3JD4SK4M[/author_image] [author_info]Propos recueillis par Fabrice Tientcheu, Storyteller en herbe & Promoteur du webzine Projecteur Magazine. Depuis près de 05 ans, Fabrice Tientcheu raconte l’histoire des personnes et des marques qui performent dans leur secteur d’activité ! Pour une éventuelle collaboration, n’hésitez pas à m’écrire sur LinkedIn. Je réponds toujours 😎 [/author_info] [/author]

Partager l’article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom